Langages en révolution : problèmes de linguistique soviétique

On considère souvent que le marxisme, focalisé qu’il est sur les rapports économiques, n’a rien d’intéressant à dire sur le langage. Dans cet article issu d’une intervention au colloque Penser l’émancipation, Juliette Farjat rappelle au contraire combien fut riche la réflexion marxiste sur le langage. Revenant sur les débats linguistiques occasionnés par la révolution d’octobre, elle montre que le langage doit à la fois être conçu comme l’instrument et comme l’objet de la transformation révolutionnaire de la société. Car si la langue exprime l’ensemble des oppressions que vise à dépasser la révolution, elle est aussi le medium dans lequel se constitue le sujet révolutionnaire.

« En tant que juifs antisionistes » – Lettre d’Abraham Serfaty à Emmanuel Lévyne

L’antisionisme est sans doute la tradition politique émancipatrice la plus caricaturée et la plus stigmatisée de nos jours, y compris sous un langage prétendument révolutionnaire. Dans ce texte extrêmement dense paru en 1970, Abraham Serfaty engageait un dialogue avec Emmanuel Lévyne, kabbaliste antisioniste de renom. Contrairement aux idées reçues, Serfaty montre que la perspective d’une Palestine démocratique et laïque, sur les frontières de 1948, n’implique en rien le reniement des traditions culturelles et religieuses, qu’elles soient juives ou musulmanes. Au contraire, fier de son héritage judéo-arabe, Serfaty souligne combien la révolution socialiste au Moyen-Orient nécessite une réappropriation des héritages messianiques, cultuels et éthiques communs aux « peuples du Livre ». Aux antipodes d’un marxisme-léninisme étriqué, Serfaty voit dans la lutte palestinienne un épanouissement possible de valeurs communautaires et religieuses, qui pourraient réenchanter un mouvement ouvrier occidental embourbé dans « les eaux glacées du calcul égoïste ». Cette contribution inestimable est un témoignage saisissant des tentatives communistes arabes de penser une théologie de la libération, qui combine résistance à l’impérialisme et hégémonie multiconfessionnelle.

« Des salaires pour facebooker » : du féminisme à la cyber exploitation – entretien avec Kylie Jarrett

Quoi de commun entre le travail domestique et l’utilisation des réseaux sociaux ? En apparence, rien ne rapproche ces deux activités. La première met en jeu du temps, de la pénibilité, de la contrainte ; la seconde est le plus souvent ludique et orientée vers la consommation. Néanmoins, comme le note Kylie Jarrett dans cet entretien mené par Marc-Antoine Pencolé, les plateformes numériques génèrent des données marchandisées ; elles débouchent sur des formes de production diverses ; elles sont dès lors le maillon indispensable des chaînes globales de valeur, bien que non rémunérées, comme l’est la reproduction sociale de la force de travail. Jarrett montre les potentialités critiques et transformatrices insoupçonnées de ce rapprochement entre féminisme et critique du digital labor, et souligne la centralité de l’exploitation numérique dans l’élaboration d’un projet contre-hégémonique.

Salvioli et la controverse du capitalisme antique – entretien avec Jairus Banaji

Selon un certain dogme, il est courant de découper les grandes époques historiques en stades universels et intangibles : esclavagisme, féodalisme, capitalisme. Par ailleurs, on a coutume d’imaginer que cette évolution est aussi une progression du moindre vers le plus grand développement économique. Pourtant, pendant plus d’un siècle, les historiens économiques de l’antiquité ont débattu sur l’existence ou non d’un capitalisme dans l’Empire romain. Nous avons voulu revenir avec Jairus Banaji sur un ouvrage marquant de ce débat, Le Capitalisme dans le monde antique de Giuseppe Salvioli, dont nous publions des extraits à la suite de l’entretien. Banaji défend une lecture moderniste du livre, en critique les faiblesses et les contradictions, mais montre surtout combien un regard non-eurocentrique sur Rome révèle de profondes analogies avec l’impérialisme moderne : enrichissement d’une oligarchie financière par la guerre et la colonisation, division et standardisation du travail industriel et agricole, combinaison complexe d’esclavagisme, de métayage et de salariat bridé, réseaux commerciaux basés sur le putting out et la domination formelle par le capital. Banaji dessine un paysage saisissant du capital commercial comme catalyseur de la domination politique économique des peuples sur la longue durée.

Paul Levi et les origines de la politique du front unique

L’idée que les mouvements sociaux sont amenés à converger ou à tisser des alliances « larges » fait partie aujourd’hui de la lingua franca militante. Néanmoins, au lendemain de 1917, rien n’était moins clair aux yeux des dirigeants communistes. Le mouvement ouvrier venait de trahir en jetant les prolétaires dans la Grande guerre et avec le succès d’Octobre les révolutionnaires étaient à leur apogée. Dans ce texte, Daniel Gaido revient avec précision sur la façon dont les insurrections défaites, notamment en Allemagne, ont mené à une révolution copernicienne dans la stratégie révolutionnaire. Qui plus est, il montre combien la naissance du fameux front unique est lié à une tragédie personnelle et collective, celle du militant Paul Levi et de son réquisitoire contre le parti communiste allemand en 1921. Encore à cette époque, le communisme international attend l’avènement rapide de la dictature du prolétariat et se lance dans des aventures sanglantes. Payant sa clairvoyance d’une exclusion du parti et d’une humiliation publique (tout en étant approuvé par Lénine), Levi incarne la sobriété et l’appréciation réaliste des rapports de force ; son aventure a donné naissance à des concepts aussi cruciaux que le front unique ou le gouvernement ouvrier, tant de notions qu’il est urgent de se réapproprier en ces temps sombres et désorientés.

Révolutionnaires en haillons : entretien avec Nathaniel Mills

« Le Lumpenproletariat — cette lie d’individus déchus de tous les classes qui a son quartier dans les grandes villes — est, de tous les alliés possibles, le pire. Cette racaille est parfaitement vénale et tout à fait importune ». Voici, parmi d’autres occurrences du même registre, comment Marx et Engels dépeignaient le sous-prolétariat. Et c’est peu dire que dans l’histoire de la tradition marxiste, ce « prolétariat en haillons », dé-classé et supposément privé de conscience, n’a pas bonne presse. Il revient à la pensée noire radicale, en dialogue critique avec le « marxisme blanc », d’avoir rétabli le Lumpenproletariat en tant que sujet révolutionnaire en puissance, et parfois en acte. S’il est de coutume de se référer à cet égard aux écrits de Frantz Fanon ou des Black Panthers, Nathaniel Mills révèle qu’une telle « réhabilitation » puise à des racines plus profondes. Elle était déjà à l’œuvre pendant la Grande Dépression dans la littérature africaine-américaine, chez Richard Wright, Ralph Ellison ou encore Margaret Walker, qui imaginaient des modalités d’émancipation individuelle et collective dont ces figures abhorrées — vagabonds, gangsters, prostituéees et autres délinquants au sein de la communauté noire — constitueraient l’avant-garde.

[Guide de lecture] Autonomies italiennes

Du soutien à la ZAD aux luttes contre les violences policières en passant par le mouvement « contre la loi travail et son monde » et l’antifascisme, l’ autonomie italienne des années 1970 est devenue la référence centrale d’une nouvelle constellation militante. La définition de cette « autonomie » est cependant pour le moins malaisée. On ne saurait en effet la circonscrire à des limites temporelles (1973-1977), organisationnelles (Potere Operaio, Lotta Continua, les groupes armés) ou stratégiques (le refus du travail et l’autovalorisation) sans en appauvrir le contenu. C’est pourquoi Julien Allavena et Azad Mardirossian proposent, dans ce guide de lecture sans équivalent en français, de saisir l’autonomie comme une pratique de masse. L’antagonisme ouvrier et le féminisme, les expérimentations contre-culturelles et les révoltes carcérales, les luttes urbaines, l’agitation étudiante et la lutte armée s’y composent en un archipel insurrectionnel dont l’hétérogénéité même dessine les contours d’un communisme en actes.

[Guide de lecture] Critique littéraire marxiste

Il est notoire qu’au cours de sa longue histoire, le marxisme a produit des théories de la littérature et des critiques littéraires majeures. Dans ce guide de lecture, Daniel Hartley propose une introduction générale à ces approches, en soulignant en particulier l’importance de l’étude de la littérature mondiale. Si les études littéraires sont aussi chères aux marxistes, c’est parce que la littérature médiatise des formes de sensibilité et de subjectivité historiques, qu’elles sont une méditation sur les traces du passé au sein même du présent, et qu’elles anticipent sur des affects ou des exigences futures. Au-delà de sa capacité à refléter la réalité, la littérature est dès lors un puissant réservoir de rêves, d’aspirations ou de fantasmes inaccomplis, un sédiment de l’affrontement des classes, une cristallisation du développement inégal et de la conflictualité du genre, de la race et de l’éthnicité.

Notes contre la prison

La prison demeure un impensé des mouvements d’émancipation, notamment en France. Il s’agit pourtant, par la force des choses, d’un maillon essentiel du capitalisme autoritaire qui progresse de jour en jour, mais aussi de la recomposition des classes subalternes à l’heure du néolibéralisme. C’est ce constat que dresse Antonin Bernanos, militant antifasciste et incarcéré dans le cadre de l’affaire de la voiture brûlée du Quai de Valmy. À partir d’un contexte de répression accrue du mouvement social et depuis son expérience de détention, Bernanos invite les luttes sociales à mieux comprendre le rôle de la prison dans le moment actuel, pour agir de façon décisive en se liant aux franges les plus durement touchées du prolétariat par l’incarcération de masse.

[Guide de lecture] Le marxisme analytique

Le marxisme analytique a profondément marqué les sciences sociales critiques anglophones. L’exigence constante de formuler des arguments clairs, précis, de discuter le libéralisme en appliquant le principe de charité, d’en finir avec tout bullshit jargonnant ont assuré à cette branche de la théorie un succès certain, en philosophie éthique, en sociologie ou en économie politique. Souvent méprisé en France pour son prétendu « réformisme » ou son aversion à la dialectique, le marxisme analytique est pourtant un interlocuteur stimulant, une discipline intellectuelle à laquelle il est nécessaire de se plier ou, a minima, de se confronter. Dans ce guide de lecture, Fabien Tarrit déploie les enjeux de ce courant dans tous les domaines : comment reconstruire une théorie des classes qui soit cohérente ? peut-on maintenir la théorie de l’histoire issue de Marx ? à quelle condition la théorie de la valeur est-elle défendable ? qu’est-ce qu’une théorie marxiste de la justice ? Ces questions, toutes essentielles, indiquent bien la contribution qui peut être celle du marxisme analytique : offrir l’opportunité inestimable de clarifier les présupposés de la critique émancipatrice.